Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Une étudiante de l’Université de la Colombie-Britannique se rend à Rio de Janeiro avec son expérimentation du laser

Avant de commencer mon doctorat en physique en septembre, on m’a offert la chance de collaborer sur une expérience portant sur la spectroscopie de l’hydrogène sous la supervision de Claudio Lenz Cesar de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) pendant quatre mois. Mon superviseur de l’Université de la Colombie-Britannique, le professeur David Jones, m’a parlé de la Bourse de recherche Mitacs Globalink. C’est grâce à cette bourse que mon expérience a été possible.

Je savais que c’était une occasion à ne pas manquer, mais j’avais néanmoins peur. Lorsque je suis arrivée dans la ville capitale du Brésil, je ne savais pas à quoi m’attendre. C’était mon premier voyage en Amérique du Sud, je ne parlais pas le portugais et la seule personne que je connaissais était mon superviseur brésilien, que je n’avais rencontré qu’une fois auparavant.

Lorsque je suis arrivée, on m’a accueillie à l’aéroport et emmenée à l’UFRJ. Ensuite, on m’a déposée à mon appartement situé à Santa Teresa, un vieux quartier sur une colline. Quand j’ai regardé par ma fenêtre et que j’ai vu le panorama qu’offrait le golfe et le Pain de Sucre, c’est là que j’ai réalisé où j’étais. C’était incroyable.

Rio de Janeiro est la plus grande ville dans laquelle j’ai vécu et il fallait que j’apprenne à m’y promener de façon sécuritaire. Je savais donc que plusieurs nouveaux défis m’attendraient au cours des quatre prochains mois. Mon équipement pour l’expérimentation du laser de l’Université de la Colombie-Britannique m’a suivi et j’ai tout reconstruit toute la structure. Mon plus gros défi a été de m’adapter à mes nouvelles conditions de travail.

La source d’énergie est un laser infrarouge dont la fréquence est doublée à deux reprises pour produire la lumière ultraviolette nécessaire pour étudier la 1S-2S, la transition énergétique de l’hydrogène. Le groupe LASER de l’UFRJ a développé une nouvelle source d’hydrogène cryogénique et se servira de mon laser pour effectuer une spectroscopie précise de la transition 1S-2S, ce qui permettrait de prendre la mesure la plus précise à ce jour.

Ça fait trois mois que je suis au Brésil et j’affronte quotidiennement des défis dans mon laboratoire et dans ma nouvelle vie dans un pays étranger. La partie la plus géniale de mon expérience, c’est les amis que je me suis faits, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du milieu de travail. Je suis très contente d’avoir cette chance de travailler et de vivre dans un pays qui est si différent du Canada et d’être exposée à de nouvelles idées et méthodes de recherche. 


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada et le gouvernement de la province du Québec pour leur soutien à l’égard du programme de Bourses de recherche Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer ce programme, notamment Campus France et Inria de la France, le ministère du Développement des ressources humaines (MHRD) de l’Inde et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la Tunisie, Japan Society for the Promotion of Science ainsi que la Mission Universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.