Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Les étudiants étrangers explorent l’Université de la Saskatchewan grâce à Mitacs

Pour de nombreux habitants des Prairies, les hivers de Saskatoon sont l’excuse parfaite pour s’échapper vers un climat plus doux. Cependant, pour Mengying Liu, les bancs de neige et les températures plus froides étaient une raison attrayante de venir à l’Université de la Saskatchewan.

Après l’obtention de son baccalauréat de la China Agricultural University, à Beijing, Liu a décidé qu’elle voulait faire l’expérience d’un climat plus glacial pour la prochaine étape de sa carrière universitaire.

« C’est fou, mais j’avais entendu des gens dire que le mercure pouvait atteindre moins 30 et même moins 40 en hiver (à Saskatoon) et je voulais vraiment voir ces montagnes de neige », dit-elle en riant.

Mais le climat n’était qu’un facteur parmi tant d’autres l’ayant initialement poussée à se tourner vers des programmes aux États-Unis, en Russie et d’autres pays ayant un climat hivernal. C’est après avoir entendu parler du Programme de stages de recherche Globalink que Liu a décidé qu’elle ne pouvait pas passer l’occasion de se pencher sur la Saskatchewan.

Le programme, ayant vu le jour en 2009, accueille des étudiants étrangers dans leur dernière année de baccalauréat dans le but de visiter les universités canadiennes et de travailler avec des chercheurs dans leur domaine d’étude pendant trois mois. Incluant Liu, 69 étudiants qui sont venus à l’Université de la Saskatchewan grâce au soutien de Mitacs pour rencontrer d’autres étudiants, des membres du corps professoral et du personnel tout en réalisant des projets de recherche durant l’été. Dix autres étudiants sont prévus arrivés cet été.

« C’était une expérience inestimable parce qu’à l’été (de 2015) je ne faisais pas que travailler dans un laboratoire, dit-elle. Le programme de Mitacs ne recrute pas seulement des étudiants de la Chine; il va en chercher en Inde, au Mexique et nous habitons tous à College Quarter. Nous avons tissé des liens entre nous, nous avons travaillé, nous nous sommes amusés. L’université est un endroit formidable. »

Liu a passé cet été à l’Université de la Saskatchewan à travailler avec Susantha Gomis, professeur et chef du département de pathologie vétérinaire du Collège de médecine vétérinaire de l’Ouest (WCVM), sur un projet identifiant les espèces bactériennes responsables de la mortalité des embryons de poules dans l’Ouest canadien.

Le professeur Gomis a fait l’éloge de Liu, qui est demeurée sur le campus WCVM pour poursuivre des études supérieures en pathologie vétérinaire grâce à la Bourse aux cycles supérieurs Globalink. Il a reconnu que le programme Globalink était indispensable pour des chercheurs comme lui.

« Le programme aide à faire venir les étudiants qui obtiennent de très bons résultats scolaires d’autres pays, a dit Gomis. Il est indispensable d’avoir d’excellents étudiants afin de produire des données nouvelles et pertinentes dans les programmes de recherche. »

« Je dois consacrer beaucoup de temps à trouver de bons étudiants qui ont des contacts connus et de bonnes références, explique Gomis. Ces étudiants, Mitacs les emmène à ma porte. Il est donc facile d’évaluer, en très peu de temps, si l’étudiant est capable de réaliser la recherche. »

L’objectif, selon la spécialiste du développement des affaires Zsuzsa Papp, est de présenter le Canada comme chef de file en matière de recherche et de formation universitaire.

« Le programme Globalink de Mitacs vise à promouvoir le Canada sur le plan universitaire comme destination désirable d’études et de recherche de classe mondiale, dit-elle. En attirant les étudiants étrangers les plus brillants à venir au Canada, nous mettons notre recherche au premier plan. Ces étudiants sont ici pour travailler en collaboration avec des étudiants canadiens dans le but de partager leurs connaissances, d’échanger des idées et d’offrir une perspective internationale. »

Et pour les étudiants comme Liu, le programme lui a fait voir des possibilités dans sa propre vie dont elle ignorait l’existence.

« Je n’avais aucune idée que cet endroit était aussi génial. En plus, les gens d’ici sont très gentils, mais je ne savais pas tout ça avant d’arriver ici pour le programme, s’exclame-t-elle. Je suis tombée amoureuse de cette université dès que j’y ai mis les pieds. »

Réaffiché avec l’autorisation de l’Université de la Saskatchewan Photo fournie par l’Université de la Saskatchewan.


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba  et le gouvernement de la province du Québec pour leur soutien au programme de Bourses aux cycles supérieurs Globalink.