Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

L’emphase sur l’entrepreneuriat fait pencher la balance en faveur de Globalink

« J’en apprends beaucoup, » affirme Amit Badlani, un participant au programme Globalink de Mitacs venu de l’Inde pour effectuer un stage de recherche à l’Université Carleton à Ottawa. « Honnêtement, je ne m’attendais pas à retirer autant de bénéfices de cetteexpérience. »

Badlani, dont le principal intérêt académique se situe dans le domaine de la robotique, avait fait application pour quatre projets différents en vue de participer au programme Globalink de Mitacs. En bout de ligne, c’est son deuxième choix qui a été retenu.

Bien qu’il dise avoir ressenti un peu d’appréhension au tout début, Badlani s’est par la suite rapidement senti à l’aise. Il croyait tout d’abord que travailler avec une des sommités mondiales dans le domaine de la simulation serait plus exigeant que ce que la suite des choses allait démontrer. « J’étais inquiet que ses attentes à mon endroit seraient très élevées. Mais une fois que nous avons fait connaissance, j’ai été rassuré de constater qu’il avait une personnalité très équilibrée, comme la plupart des gens ici au Canada. Il m’a invité à faire partie de sa ligue de soccer, et nous jouons les mardi et jeudi, » raconte le jeune chercheur Indien, qui se dit également impressionné par la modernité des installations où prend place les recherches auxquelles il participe. « Le laboratoire est neuf et encore en expansion, le bâtiment lui-même est une expérience en cours, » note Badlani, remarquant au passage qu’un nouveau programme centré sur les interfaces humain-ordinateur est tout juste sur le point d’être lancé, ce qui tend à confirmer que l’objectif du programme, qui vise à présenter le Canada comme une destination incontournable de la recherche scientifique d’avant-garde, semble en voie d’être atteint.

Ce qui place le programme Globalink de Mitacs dans une catégorie à part, selon Badlani, est l’emphase placée sur l’établissement de liens entre la recherche et l’industrie. Il s’était vu offrir un projet de recherche en Allemagne, mais l’accent mis sur l’acquisition de compétences professionnelles et le réseautage avec le milieu des affaires a fait pencher la balance en faveur de Globalink. Badlani, qui ambitionne de lancer sa propre entreprise une fois ses études supérieures complétées, dit avoir acquis des connaissances très utiles en discutant avec un entrepreneur rencontré lors d’un des événements de réseautage organisés dans le cadre du programme. « Il m’a fait part de certains des défis auxquels il avait été confronté lorsqu’il a lancé sa propre entreprise, et m’a donné de précieux conseils. Ça m’a donné une nouvelle perspective sur des enjeux auxquels je n’avais pas songé auparavant. »

Amit Badlani (à droite), en compagnie d'Ayeesha Bannerjee du Hindustan Times et de Siddhartha Banerjee, un autre étudiant Globalink