Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Le bien-être des jeunes autochtones par les arts et la culture

Coup d'oeil
La stagiaire

Jessica Blain de l’Université de Sydney en Australie

Accueillie par

Warren Linds, professeur, et Elizabeth Fast, professeure adjointe, du Département des sciences humaines appliquées de l’Université Concordia

La recherche

Évaluer des programmes axés sur le théâtre pour améliorer la santé mentale et le bien-être des jeunes autochtones

Depuis quelques années, des dirigeants autochtones au Canada cherchent de nouvelles approches pour relever les défis économiques et sociaux particuliers auxquels leurs collectivités sont confrontées. Il s’agit notamment des taux élevés de crise de santé mentale et de suicide chez les jeunes, particulièrement dans les régions rurales et éloignées.

Une approche, qui gagne de plus en plus de terrain, à l’égard de ces enjeux consiste à offrir des activités participatives de nature artistique et culturelle qui sont conçues par et pour les membres des collectivités autochtones. En créant des outils pour raconter des histoires et faire connaître la culture, les chercheurs et les membres des collectivités travaillent ensemble pour permettre aux jeunes autochtones d’explorer leurs capacités créatives et d’imaginer des possibilités pour un avenir meilleur.

Pour Jessica Blain, étudiante en troisième année de baccalauréat à l’Université de Sydney en Australie, un stage de recherche à l’Université Concordia à Montréal cet été lui a ouvert les yeux sur la possibilité que ces programmes artistiques puissent offrir un espace positif favorisant le développement créatif et le leadership des jeunes autochtones. Dans le cadre d’un stage de recherche Mitacs Globalink, Jessica participe à l’évaluation de l’incidence d’un programme de théâtre communautaire sur le bien-être des jeunes dans une collectivité éloignée des Premières Nations dans le nord de la Saskatchewan.Jessica

Les jeunes participants au programme de théâtre se sont adonnés à des activités axées sur le spectacle, notamment de raconter des histoires ou de participer à des jeux de théâtre, dans le but de développer leur confiance, d’examiner des enjeux importants sur le plan local, et de créer des visions d’un avenir positif. L’équipe de recherche est composée en partie de chercheurs de la collectivité locale et travaille en étroite collaboration avec les dirigeants autochtones pour s’assurer que ces programmes ont une signification et de la valeur pour les jeunes raconteurs. Jessica écrira un chapitre dans un livre sur l’incidence du théâtre participatif sur le bien-être des jeunes autochtones après sa recension des écrits et l’analyse des entrevues des participants. Ce chapitre fera partie d’une anthologie évaluant l’incidence du théâtre communautaire sur la santé et le bien-être.

En raison de cette recherche, Jessica a désormais une toute nouvelle perspective, compte tenu de son expérience antérieure comme coordonnatrice de programme pour les jeunes dans une région rurale de l’Australie. « Cette recherche à l’Université Concordia me permet de voir sous un angle différent les enjeux auxquels bon nombre d’Autochtones sont confrontés au Canada et en Australie. Cela m’aide à pratiquer la pensée critique et à mieux comprendre différentes façons pratiques d’explorer et d’aborder des enjeux très complexes en facilitant et en mettant en œuvre des solutions axées sur la collectivité », explique-t-elle.

Le stage l’expose également aux nombreux plaisirs qu’offre Montréal en été, comme les festivals, la randonnée pédestre et la gastronomie. Plus particulièrement, elle adore les nombreux marchés publics et est impatiente de visiter le célèbre Marché public Jean-Talon où elle peut découvrir des produits locaux. « Je pense que le programme Mitacs Globalink c’est tout cela », dit-elle. « ... Découvrir le Canada et la culture canadienne, tout en participant à un important projet de recherche qui fait une différence. C’est vraiment une bénédiction et un privilège de venir ici, et je vais savourer cette expérience pendant de nombreuses années. »

 


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer Globalink, notamment Universities Australia, China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, l’Institut technologique d’études supérieures Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord. 

Photo dans le texte : Jessica Blain, stagiaire de recherche Mitacs Globalink

Photo : http://actingout.iphrc.ca/