Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Emportée par le vent : une stagiaire brésilienne se rend à Saskatchewan pour faire de la recherche sur les parcs éoliens

Coup d'oeil
La stagiaire

Luanna Siqueira, Universidade Federal Da Paraíba, João Pessoa, Brésil

Le superviseur

Professeur Wei Peng, Faculté d’ingénierie, Université de Regina

La recherche

Concevoir un système qui contrôlera efficacement la production d’énergie éolienne

Luanna Siqueira, une étudiante de premier cycle de vingt-et-un ans, s’habitue à la tranquillité de Regina cet été, une ville qu’elle décrit comme étant « petite et chaleureuse » comparativement à la frénésie de sa ville natale de João Pessoa, au Brésil, avec une population de plus de 800 000 citoyens.

Luanna est au Canada à titre de stagiaire Mitacs Globalink et collabore avec le professeur Wei Peng sur un projet pour produire de l’énergie éolienne plus efficacement.

« Depuis que je suis adolescente, j’adore l’énergie renouvelable. Quand j’ai lu au sujet de ce projet, j’ai sauté sur l’occasion d’y participer et d’approfondir mes connaissances », raconte Luanna.  

Ensemble, Luanna et le professeur Peng mettent au point un système de turbines éoliennes qui contrôleront la production et la transmission d’énergie éolienne à l’aide de la technologie moderne, telle que l’intelligence artificielle, et les méthodes traditionnelles comme la technologie statistique. Le système produira de l’énergie sur une base constante lorsque la vitesse et la direction du vent sont incertaines.

« Ce projet profitera à la qualité de l’énergie éolienne du Canada et aura des effets positifs à long terme sur le développement socioéconomique canadien et sa durabilité environnementale. L’énergie éolienne est une source d’énergie non polluante et économique qui génère de nouveaux emplois aux communautés et réduit l’utilisation du pétrole et du charbon », explique le professeur Peng. Luanna ajoute : « Avec les inquiétudes entourant l’environnement en mutation de la Terre, la nécessité de l’énergie renouvelable est primordiale. »

Luanna dévoile qu’elle est en train d’acquérir l’expérience culturelle et l’expérience pratique en recherche qu’elle recherchait lorsqu’elle a présenté sa candidature au programme : « Au Canada, j’ai l’occasion d’interagir avec des gens d’autres pays et d’en apprendre davantage sur leurs cultures. »

« Je travaille aussi sur un projet novateur dans le cadre duquel j’améliore mes compétences quotidiennes et je collabore avec les meilleurs chercheurs comme le professeur Peng dans des laboratoires munis d’excellents équipements. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Saskatchewan de leur soutien à l’égard du programme de stages de recherche Globalink dans cet article.

À l’échelle du Canada, le programme de stages de recherche Globalink reçoit également le soutien du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement du Québec et de Research Manitoba.

De plus, Mitacs a le plaisir de travailler avec les partenaires internationaux suivants pour soutenir le programme Globalink : Universities Australia; l’Université de São Paulo du Brésil; China Scholarship Council, Campus France, le service d’échange universitaire allemand, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, Tecnológico de Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.