Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Carte postale de la Turquie: Un étudiant à la maîtrise de l’Université d’Ottawa contribue à la réduction des gaz à effet de serre

Après avoir participé à ma première conférence universitaire il y a plus d’un an, Dr Handan Tezel et moi parlions de nos villes natales respectives. Je lui avais dit que je visiterais la sienne un jour, la ville d’Ankara, en Turquie. Je ne crois pas qu’elle m’ait pris au sérieux... jusqu’à ce que j’entende parler de la Bourse de recherche Mitacs Globalink cet été. Le processus de dépôt de candidature était très simple et, quelques semaines plus tard, j’étais en route vers la Middle East Technical University (METU) à Ankara!

Au département de génie chimique et biologique de l’Université d’Ottawa, je travaille avec Dr Tezel et Dr Boguslaw Kruczek pour étudier la possibilité pour les membranes inorganiques de capter les gaz à effet de serre. Bien que ces membranes conviennent bien aux applications de grande envergure, il faudra encore quelques années pour que la mise en œuvre industrielle soit possible.

Des membranes à matrices mixtes sont créées en combinant des particules inorganiques avec les produits chimiques utilisés pour fabriquer le plastique. Ces membranes conviennent bien aux applications de petite envergure et sont déjà utilisés pour divers procédés de séparation des gaz, incluant le captage des gaz à effet de serre. À la METU, j’ai eu l’occasion de travailler avec Dr Kalıpҫılar et son équipe de recherche. Son équipe et lui fabriquent certaines des membranes les plus petites du monde et certaines des meilleures membranes à matrices mixtes. J’ai eu accès à du puissant équipement analytique et j’ai acquis beaucoup de nouvelles connaissances grâce à Dr Kalıpҫılar, au personnel de services techniques et à mes formidables collègues de laboratoire : Burcu, Melis et Irem.

Durant mes fins de semaine et jours fériés, j’ai visité quelques-unes des attractions naturelles les plus époustouflantes de la Turquie en plus des plus grandes villes de l’Antiquité. À Fethiye, j’ai rejoint un vieil ami, Marius, pour aider les bébés tortues à atteindre l’océan en toute sécurité, et à Cappadoce, j’ai fait un tour en montgolfière et j’ai admiré des paysages lunaires à des milliers de mètres d’altitude.

Les villes comme Éphèse et Pergame sont magnifiques, mais ce sont les personnes incroyablement chaleureuses et sympathiques que j’ai rencontrées le long du chemin qui sont derrière mes souvenirs les plus mémorables de la Turquie. J’ai rencontré des Anatoliennes qui étaient capables de conduire des tracteurs et cyclomoteurs tout en transportant leurs épiceries et des locaux qui, même s’ils parlaient très peu l’anglais, s’arrêtaient et marchaient à mes côtés pour s’assurer que je ne perde pas mon chemin.

J’ai vécu une expérience incroyable et j’ai fait tellement d’amis que je n’hésiterai pas à recommander la Turquie comme destination de recherche, de divertissement ou les deux!


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada et le gouvernement de la province du Québec pour leur soutien à l’égard du programme de Bourses de recherche Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer ce programme, notamment Campus France et Inria de la France, le ministère du Développement des ressources humaines (MHRD) de l’Inde et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la Tunisie, Japan Society for the Promotion of Science ainsi que la Mission Universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.